Récriminations féminines

Je suis fâchée avec mon corps.
Ce n’est pas un scoop ni quelque chose de nouveau, bien au contraire chez moi. Mais là, c’est quasi la guerre ouverte, et ce n’est pas juste une bataille, c’est plus long, plus fastidieux, plus pénible.
Tout ça n’est qu’une part de plein d’autres pensées pas plus folichonnes les unes que les autres. Une grosse remise en question, qui me tombe dessus. Je mets ça sur le compte de l’âge, comme probablement j’aurais pu le mettre ailleurs, mais là ce sont ces 2 chiffres, identiques, qui remportent la palme.

J’ai l’impression que c’est injuste. Quand je commence comme ça, je sais que c’est l’enfant qui parle. N’empêche. Je n’ai jamais été de ces filles qui montaient sur la balance tous les jours. Je faisais même exprès de l’éviter, par provoc. Sans compassion pour celles qui avaient des soucis d’ailleurs, ou d’autres qui étaient plus lucides que moi. A 20 ans, on mange tout ce qu’on veut, en quantités astronomiques, et quand on a la chance de ne pas dévier d’un poil sur sa silhouette, on se sent la reine du monde. A quelques détails près, c’était ça.
Sur les années, j’ai quand même fluctué. Bien malgré moi. Grande sauterelle gamine, adolescente lourdaude, jeune adulte à peine longiligne, et puis le psy s’en est mêlé. De soucis en stress, j’ai brûlé des calories, je mangeais n’importe comment, sautais des repas. Sauf que tout ça m’a fait maigrir, je ne compensais pas sur la nourriture, sans vraiment que je ne m’en rende compte mais en étant plutôt satisfaite du résultat.

Et là, depuis 2 ans, je me réapproprie ma vie. Et mon corps récupère ce qu’il a craint de perdre, et il stocke. Un grand classique. Je me retrouve au milieu d’un effet yo-yo bien involontaire, j’ai toujours été consciente de ces risques et refusé les régimes précisément pour cela aussi (et parce que je n’en avais pas vraiment besoin, ok, oui).
C’est injuste. Je n’avais pas demandé de perdre autant, et pas plus de récupérer. Et maintenant, impossible de définir mon poids de forme.
Mais bon, quand d’une année à l’autre on peut balancer sa garde robe, c’est plus que contrariant. Quand d’un coup on ne se sent plus bien nulle part, il y a de quoi rager.
De pépins de santé en laisser allers, j’ai pris. Insidieusement, sans veiller au grain, sans penser que maintenant je ne peux plus faire n’importe quoi, sans penser que ça allait prendre cette ampleur. Et que surtout, ça allait être la franche galère pour stabiliser, et redescendre.
Et c’est une fois qu’on est à l’eau qu’on se demande comment nager.
Donc moi, j’essaye de trouver cette réponse, entre colères et plaintes, dont je ne suis pas fière mais qui sont existantes et que je ne peux pas nier. Je me dis aussi qu’il faut que j’aille au-delà de la simple réponse corporelle, que je comprenne ce qui coince dans la tête pour dépasser ça. Ca, c’est dans mes bons jours.
Et puis, accepter que j’ai une dizaine de plus. Que non, je ne peux plus faire ce que je veux. Ne pas voir ça comme une contrainte mais….comment alors?

Et sinon rien à voir, mais l’établissement du sang m’a répondu, sisi. Ils ont quand même pris cette peine. Je ne suis pas du tout convaincue, mais par souci d’équilibre, je tiens à le préciser. Je développerai peut-être dans une prochaine note.

Ce contenu a été publié dans , Bugs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Récriminations féminines

  1. Anne dit :

    Hélas, la seule chose que j’ai trouvée, c’est l’activité physique pour consommer plus tout en mangeant sympathique.

    Je dis hélas, vu que dès que l’envie m’a passée, le sport et moi…

    (Je cherche mon second souffle depuis août dernier, pour tout te dire).

    Courage !

  2. Flo dit :

    Anne: pour moi l’activité physique n’est pas « hélas », et même si j’ai du mal à m’organiser, c’est en général mon premier et seul argument pour me délester de ce que j’ai en trop. Jusqu’ici, ça a marché. Sauf que maintenant, après des pépins de santé, des fragilités au niveau du squelette, là non plus je ne peux plus faire comme je le voudrais 🙁 et je n’ai pas trouvé d’alternative satisfaisante dans l’immédiat…
    Et puis malheureusement, je ne pense pas que ça suffise tout seul…Alors moi aussi, je cherche comme un second souffle 🙂
    Courage à toi aussi, et merci 🙂

  3. LEeloolene dit :

    Ah mais mince !! J’avais écrit un long commentaire et je ne l’ai pas posté. Grrrrr…

    Je disais que j’avais effectivement un remède miracle, dont j’ai parlé il y a peu sur mon blog… mais que je ne conseille à personne. Se faire larguer ! C’est radical pour retrouver la ligne. 7kg perdus en une semaine… je n’ai jamais trouvé meilleur régime. Bon mais évidemment je ne te le souhaite pas du tout.

    Pour ce qui est du sport… il faut vraiment que ce ne soit pas vécu comme une contrainte, mais comme du sport plaisir. Que ce soit un moment agréable, de détente… En faire un peu tous les jours. Marcher le plus possible au lieu de prendre la voiture, faire du vélo pour tous les trajets de moins de 5km… Le corps s’habitue tellement à reprendre son dynamisme, qu’au fur et à mesure on ne peut plus s’en passer ! Et même si ça n’a pas de conséquence immédiate sur le « poids »… ça en a énormément sur le moral !

    Mais là dessus, je sais que tu as plutôt une âme sportive 🙂 donc je suis sûre que tu vas retrouver le chemin du sport !!

    Essaye peut être de reprendre la piscine… ce n’est pas « traumatisant » pour le corps et assez adapté pour tes problèmes de squelette. Je sais que ce n’est pas forcémment facile, on en a parlé… mais tu trouveras peut être plus de plaisir en changeant de piscine.

    Après, évidemment… il y a surtout beaucoup de travail sur soi pour accepter tel qu’on est… Et là dessus… il va falloir trouver les clés de pourquoi tu refuses ce corps maintenant.

    En tout cas je te souhaite beaucoup de courage pour reprendre possession et acceptation de toi 🙂

    Bises !!

  4. zelda dit :

    Pour vivre avec quelqu’un qui est pas mal dans la même problématique que toi, je dirais que ces récriminations n’ont rien de spécialement féminines …
    Ensuite, que te dire ? Que j’entends ta souffrance. Que j’ai l’impression que ça te renvoie à d’autres choses qu’à ton corps seul. Quand tu écris : « Quand d’un coup on ne se sent plus bien nulle part, il y a de quoi rager » …
    Tu sais que j’ai pris, après des années de bêtise du genre régimalacon, une autre voie. Je m’en porte mieux, mais c’est loin d’être simple, que parfois je me dis que c’est la voie de la facilité, qu’accepter que mon corps soit au jour le jour ce qu’il est, et pas ce que je voudrais qu’il soit, c’est une bonne excuse pour ne pas mettre le hola sur les pizzas et de ne pas faire plus de sport.
    Mais au fond je ne crois pas que ce soit ça. D’ailleurs j’ai toujours des envies pour mon corps : l’envie de manger plus sainement, de me mettre à « l’alimentation vivante », de m’assouplir … Mais ce sont là des envies bien différentes de « je voudrais entrer à nouveau dans du 36 ».
    Mais le chemin est long … et j’ai beaucoup douté, et je me reconnais dans ce qui tu écris.
    Essaie d’être douce avec toi-même.

  5. Flo dit :

    Leeloolène: tu sais, c’est parce que moi aussi, j’ai fait une forme de « régime » à ta manière que j’en suis là maintenant 😉 Effet yoyo garanti, et puis de toute façon non, mille fois non, je préfère rester au poids actuel plutôt que de quitter mon homme 😉
    Pour le sport, tu as raison sur le sport plaisir. Ca me rappelle qu’à l’époque, il y a 10 ans, j’étais constamment à vélo, à droite à gauche pour en faire. Aujourd’hui, c’est plus compliqué, je peux difficilement « intégrer » le sport dans mon quotidien sans que je décide réellement d’en faire, je ne sais pas comment dire..Pas moyen de me déplacer en vélo (trop longs trajets, trop de contraintes horaires), d’ailleurs je n’en ai plus depuis longtemps, et moi qui adore marcher, c’est vrai que même si je prends toutes les occasions offertes, je le fais peu en semaine…La piscine n’est toujours pas une bonne solution pour moi, je peux difficilement changer de lieu comme ça. Je vais essayer de trouver des solutions, mais je crains en plus que mon état ne me permette pas de le solutionne « que » par le sport 😉 Mais merci de tes bons conseils 🙂

    Zelda: je pense beaucoup à toi et à ta paix ces temps, parce que je t’envie cette acceptation, et surtout surtout cette patience! Je ne suis pas patiente en ce qui concerne ma silhouette, j’aimerais tout, tout de suite, et encore moins concernant la nourriture…Double problème, bien contradictoire. Je ne pense vraiment pas que tu te cherches des excuses, je pense sincèrement que tu as trouvé le juste chemin, et le juste temps. Je pense que moi, je suis encore à « je voudrais rentrer dans du 36 » (bon, le 38 me va déjà très bien). Je ne sais en effet pas être douce avec moi-même, et tu as raison aussi quand tu dis que cette phrase, que tu as noté, ne parle pas que de silhouette…J’essaye de comprendre, à l’heure où je suis heureuse, et profondément heureuse, où je m’épanouis sur plein d’autres choses, pourquoi d’un coup ça « cloche » à cet endroit 🙂

    Merci à toutes les 2 de vos longs commentaires constructifs, je vous embrasse 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *