En vrac et mode gronchon

-Ca fait 2 jours que j’ai un billet ébauché et non terminé en attente de publication. J’ai bien une idée de la fin, mais pas les moyens de la rédiger, et je ne sais pas trop quand ça pourra se débloquer.

-A partir d’aujourd’hui (ou hier? Avant hier?), je rentre dans une forme de vortex qui ne devrait se calmer qu’après Noël, et encore…Je suis une petite fille qui continue de s’émerveiller de toutes les décorations et la magie de cette période. Qui guette la neige et rêve d’un réveillon tout blanc. Et je suis une adulte qui tente de maîtriser le temps qui passe, les différentes obligations qui tuent la magie des fêtes. Je ne suis qu’une parmi bien d’autres personnes qui ont les mêmes préoccupations.

-Cette année, plus que d’habitude (j’ai une vague idée du pourquoi et néanmoins pas vraiment du pourquoi maintenant), je suis complètement écoeurée de la surconsommation ambiante. Ce n’est pas ça qui me fera aller pour autant à la messe de minuit (ou de 20H, ou peu importe, d’ailleurs tiens, c’est une chose de plus à vérifier pour d’autres sur ma longue liste), mais j’aimerais pouvoir donner à ces fêtes un sens un peu plus humain et un peu moins orgiaque. Je ne suis cependant pas certaine de trouver cette réponse d’ici une quinzaine de jours, du moins pas de la façon dont ça a été amorcé.

-Tout le monde est à bout de nerfs au boulot, et moi la première. J’ai une furieuse envie de vacances qui ne viennent pas, et mon corps me fait très bien sentir que j’abuse quelque peu.

Pourquoi donc suis-je entourée de personnes nées avant (et un peu après) les fêtes de fin d’année? Il faut croire que j’ai un feeling particulier avec elles, mais n’empêche, c’est tout sauf pratique! Pour les cadeaux, pour l’organisation, pas tout ensemble, il y a 12 mois dans l’année, vous ne pourriez pas vous les répartir un peu mieux, que je puisse être pleinement présente pour chacun d’entre vous, comme je le souhaiterais?

Un collègue a eu la très mauvaise idée de me dire lundi qu’il était allé skier pour la première fois de l’année. Déjà, je lui en veux, mais en plus, je suis bloquée sur le mantra « mais quand vais-je pouvoir y aller, moi »? Pas tout de suite, me répond ma petite voix intérieure que j’essaye de faire taire.

A part ça je vous rassure, il y a plein de belles choses, petites et grandes dans ma vie et mon quotidien. C’est juste que je me sens un peu submergée, que je ne suis actuellement pas très bonne en apnée, et que ça doit être le syndrome « fêtes de fin d’année malgré moi ». Mais je vais essayer de me restructurer un peu: dans ma tête, et dans ce blog!

Ce contenu a été publié dans . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à En vrac et mode gronchon

  1. Luc dit :

    Un jour on en a eu marre de Noël. Alors on a pris un avion et on est allé passer notre réveillon dans un superbe restaurant avec vue sur Sainte Sophie.

    Je crois que ce Noël à Istanbul est un de mes plus beau, parce que justement là bas c’était un jour comme les autres : pas un père Noël, pas un marché de Noël, pas un sapin.

    Juste un moment agréable à deux avec un pied de nez à l’orgie de consommation et à la « fête » obligatoire.

  2. Anne dit :

    Courage ! Je suis sûre que dans tous ces petits tracas, tu trouveras des tas de jolies choses pour te faire patienter avant le prochain break. Bises.

  3. Flo dit :

    Luc: eh bien pour ne rien cacher, c’est une option que j’ai envisagée, mais pour Nouvel An, et plutôt côté Maroc! Sauf que le banquier, qui n’en a arien à faire des fêtes, m’a fait un grand non de la tête!
    Pour Noël, nous avons la petite, donc forcément la famille, et cela dit, je suis ravie de pouvoir réunir ce monde. C’est juste la logistique autour que je ne gère pas bien, et puis je n’ai plus trop l’habitude des Noël avec les enfants qui attendent beaucoup les cadeaux 😉

    Anne: j’en suis certaine aussi, il y a juste des fois où ça a simplement besoin de sortir 🙂 Et puis courage à toi aussi, j’ai cru comprendre que le stress montait quelque peu…

  4. La seule chose dont je me réjouisse est qu’à Noël je vais revoir une grande partie de la famille, mais Noël même bof… pour tout dire, je n’ai pas encore fait un seul cadeau !

  5. Poufpouf dit :

    Personnellement, j’aime Noël car son « esprit » (pas le commercial bien sûr, mais tout le reste) diffuse toujours dans l’humeur ambiante … et en général, les choses me paraissent moins dures, moins crus … Janvier, en comparaison, et un dur atterissage. Et puis, Noël, oui, c’est les rassemblements, être avec ceux qu’on aime … ce n’est ps si souvent …
    Mais je reconnais que voir Noël adulte (avec toute l’organisation qu’il y a derrière) rend les choses … heu, un tantinet moins magique.
    Couuuurage

  6. Bérangère dit :

    je suis complètement écoeurée de la surconsommation ambiante…je te rejoins complètement

    Alors boycottons le plusse !

  7. Flo dit :

    Valérie: pour moi aussi, c’est un plaisir de revoir la famille. C’est juste la logistique qui me pèse, mais sinon l’initiative vient quand même de nous, proposer une grande réunion 😉 Pour les cadeaux, chez nous on avance progressivement…

    Poufpouf: oui, j’ai la même analyse que toi, mais je réalise que Noël version adulte et G.O., ben justement c’est un peu plus compliqué, on ne peut plus se laisser autant bercer 😉 A nous de trouver le juste milieu 🙂

    Bérangère: difficile néanmoins d’y échapper, avec une encore petite fille…Et comme ce n’est pas ma fille, ce n’est ma famille qu’il faut que je canalise sur les cadeaux 🙂 Mais au final, je sais que tout le monde sera heureux, et ça, c’est important!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *