L’art de l’étiquetage

En plus des araignées, je suis une phobique des étiquettes.
Déjà, je m’interroge sur l’intérêt des fabricants et commerçants de mettre des kilos d’étiquettes sur un seul vêtement. Peu importe sa taille, hein, sur un string de 5cm2, il y a autant de petits papiers qui dépassent que sur un manteau d’hiver, la taille de ces machins étant généralement inversement proportionnelle à celle de l’article acheté.

Depuis que je suis toute petite, je suis très sensible à tout ce qui peut gratter et chatouiller dans des vêtements. J’ai besoin de les oublier quand je les porte, dès que ça me sert un peu, ou glisse, ça me gêne, ça m’énerve. Et je vous assure, pourtant, j’ai fait des progrès.
C’est ainsi que j’ai banni très tôt de ma garde robe tous les collants (au grand dam de ma mère qui n’a jamais réussi à me faire porter de jupes ou de robes), tout ce qui était en laine, et jusqu’à tard tout ce qui était à col roulé, tout ce qui était souliers pas très confortables. Même si je mettais un nouveau pull qui ne touchait pas la peau, je devais virer toute étiquette potentiellement froufroutante, gênante, grattante, j’en passe et des meilleures. Oui, je sais, je suis une gaie luronne dans la vie.

Au-delà de la pub et la composition, certains des petits bouts de papier sont quand même utiles, et expliquent par exemple qu’il ne faut surtout pas repasser cet article (ce que je constate, donc, juste après avoir posé le fer à repasser dessus), ou alors qu’il vaut mieux laver à 30, conclusion que je tire par moi-même après que mon pull ait perdu la moitié de sa taille, et la totalité de sa couleur. Mais j’ai fini par piger ou avoir un peu de pif, et anticiper ce genre de souci.

L’autre jour, donc, sur un coup de tête, j’ai acheté une paire de jeans. Dans un grand magasin, à un prix défiant toute concurrence, et d’une qualité qui défie tout le reste aussi, mais passons, on ne peut pas tout avoir.
Rentrée chez moi, la première chose que j’ai faite, c’est de prendre ma paire de ciseaux et de rageusement débarasser ma trouvaille de toutes les guirlandes qui s’y accrochaient. En priant, comme chaque fois que j’opère de cette manière, pour ne pas trouer le tissu (c’est officiel, je ne serai jamais chirurgienne). Par le passé, j’ai d’ailleurs également sacrifié sur l’autel de ma phobie quelques petites pièces fort mignonnes et trop délicates, qui ont succombé à un dérapage incontrôlé de ma main maladroite. Et comme je ne suis pas conturière, il m’a fallu me résigner. Bref.

Toute heureuse donc, je vire mes étiquettes. Et le lendemain, je teste mon nouveau pantalon. Et me rends, accompagnée de mon cher et tendre, dans la fameuse grande surface, lieu de mon achat.
A peine passé le portillon d’entrée, ça bippe. Je me fige, regarde le vigile de l’air que j’ai forcément lorsque je suis prise en faute: paniquée mais « c’est pas moi m’sieur, je ne suis pas une voleuse ». Reviens à pas prudents vers lui.

-Vous avez des achats sur vous madame?
-Euh non…J’ai les mains vides, rien dans les poches.
-Rien de nouveau sur vous?
-Ben…si, les pantalons, qui viennent précisément de votre magasin
-Ah, vous avez dû oublier l’étiquette!
-Moi, oublier une étiquette? Alors là, vous ne me connaissez pas! (et derrière, mon amoureux qui approuve vigoureusement, l’air goguenard)
-Vous êtes sûre que vous avez tout enlevé?
-M’enfiiiiinnnn, je déteste tellement ça!!
-Même la grosse étiquette épaisse, ou alors qui représente une paire de ciseaux, où est inscrit en gros et gras « enlever avant de porter »?
-….m’enfinnnnnn….Vous en mettez tellement sur vos vêtements!
-Vous vous souvenez l’avoir coupée?
-……

C’est ainsi que je me suis retrouvée dans un couloir sombre, une paire de ciseaux à la main, à couper la seule étiquette qui m’avait échappée et qu’il ne fallait justement pas oublier.
Je vais devenir encore plus phobique et maniaque de ces choses, je vous le jure!

Ce contenu a été publié dans Petits riens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à L’art de l’étiquetage

  1. Anne dit :

    Cro-Mi est comme toi et c’est compliqué à orchestrer. Parce que où tu écris son nom, une fois que tu as coupé l’étiquette, hein ???!!

    (Je rigole, mais je rigole, de t’imaginer ainsi !!)

  2. Flo dit :

    *Anne: ah oui, boudiou, le prénom!! Ma mère devait avoir le même problème, mais il faudra que je lui demande, je ne me souviens pas. Elle avait forcément dû trouver une astuce!
    Oh tu peux rigoler, hein, il y avait vraiment de quoi: pas de toilettes à proximité, donc un bon vieux couloir de sortie de secours, sombre et ouvert à tous vents. Et forcément, il fallait baisser le pantalon pour couper l’étiquette 😉

  3. Leeloolène dit :

    EHEHEHEHEH !!!!! En fait donc… tu bippes potentiellement dans les magasins si tu ne l’enlèves pas cette étiquette ?? J’ai plusieurs fringues avec (enfin surtout des sous-vêtements d’ailleurs), mais trop peur de les couper et que ça me gratte après (oui moi ça me gratte une fois que je les coupe). Pourtant, effectivement c’est écrit en bien gros « découper avant de porter ». Gloups !! tu me fais flipper 🙂

  4. Flo dit :

    *Leeloolène: je te confirme, tu bippes!! Et si c’est sur tes sous-vêtements, je te laisse imaginer dans la même situation que moi, sauf que déjà moi, j’étais assez mal à l’aise avec le pantalon sur les genoux. Mais toi… ahem!! 🙂 🙂
    Et sinon, moi aussi ça me gratte APRES découpage! Tout l’art est de découper en bordure, sans trouer! C’est du grand talent, je t’assure, et il a fallu quelques loupés pour y arriver 😉

  5. Lili dit :

    De ce coté là, je suis ta jumelle……..la moindre étiquette me provoque carrément des brulures sur la peau. Du coup je coupe, et je lave en faisant confiance à mon bon sens.
    Maintenant ce ne sont plus des étiquettes qu’ils mettent, mais des rayons entiers de bibliothèque……

  6. Mais je n’ai jamais vu ce genre d’étiquette moi :O
    Vous vous habillez où ?

  7. Luc dit :

    Extraordinaire cette histoire ! Tu devrais leur demander une mise à jour de leurs étiquettes anti-vol : les faire en papier de verre histoire que tu ne les loupes plus !

  8. Anne dit :

    Je te donne mon truc tout de suite, des fois que tu en aies besoin : feutre indélébile sur un revers de doublure !!!

  9. Leeloolène dit :

    Valérie de Haute Savoie : Moi en l’occurence ce sont des sous-vêtements Etam qui portent des étiquettes comme ça ! (d’ailleurs ce matin en les mettant… j’ai bien rigolé en confirmant qu’elles sont belles et bien accrochées les étiquettes ‘découper avant de porter’ !! Ca fait « juste 1 an » que j’ai acheté ces sous-vêtements là !!)

    Trop fort !!! Veuillez additionner’ 0 et 0 ! J’ai le droit de répondre la tête à TOTO ???

  10. Flo dit :

    *Lili: éclat de rire de ma part en visualisant les rayons de bibliothèque sur les vêtements 🙂 J’avoue que j’adore la comparaison!!
    *Valérie: eh bien comme le dit Leeloolène, je crois qu’elles sont sur une grande majorité des vêtements! En l’occurence, la paire de jeans vient de…Carrouf!
    *Luc: non mais globalement, je ne les loupe JAMAIS!! Là, par un concours de circonstances totalement improbable, je ne l’ai pas sentie! Et du coup, comme je l’ai coupée à la va vite et mal, ça me gratte encore, il faudra que je réintervienne avec mon scalpel de chirurgienne 😉
    *Anne: ouiiiiiiii, bon sang mais c’est bien sûr!! Sauf que moi, je ne ferais pas ça sur les vêtements de Miss Blondinette, sa maman étant un chouilla maniaque! Mais il semble que Miss Blondinette a oublié d’être sensible aux étiquettes, grand bien lui fasse, elle ne sait pas tous les tracas et situations délicates qu’elle s’épargne 🙂
    *Leeloolène: eh bien voilà, tu vois? Alors soit tu vas rarement chez E*tam et quand tu y vas, tu ne portes pas leurs articles, soit leurs portiques sont vraiment peu sensibles, sinon tu sifflerais!! Et là, j’avoue, je me marre d’avance (sisi, je visualise très bien le vigile te tendant les ciseaux en te demandant d’un air gourmand de faire le nécessaire :p) 🙂
    (tu peux essayer la tête à Toto, malheureusement je doute que mon anti-spam ait un bon sens de l’humour, je le déplore d’ailleurs) 🙂

  11. karmara dit :

    Les super champions de l’étiquetage sont Pro**mod. Il y en a trois l’une sur l’autre, dont la plus longue fait bien cinq centimètres !

  12. Flo dit :

    *Karmara: autant sur ma paire de jeans! PLUS la fameuse étiquette oubliée 🙂 C’est peut-être ça la clé: les magasins fotn le concours du plus grand nombre et de la plus grande étiquette?? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *