Non il ne neige pas, il fait beau!!

Vous n’êtes pas sans savoir la débâcle, le « psychodrame », pour employer l’actuel mot préféré des médias, celui qui est à la mode et dans toutes les bouches, qui se joue s’est joué en Afrique du Sud pour 23 pauvres guignols en maillot bleu. Il faut aller sur Mars pour ne pas en avoir entendu parler, et encore, je pense qu’ils ont dû avoir les ondes brouillées là haut par tant de retransmissions sur les moindres faits et gestes de ces petits enfants gâtés et capricieux au très modeste salaire mensuel.

Non. Je m’étais jurée de ne pas rentrer dans la polémique. Ca blogue de partout sur le sujet, on ne peut pas allumer la radio ou lancer une page internet sans tomber sur le dernier rebondissement de la saga de l’été du printemps de l’hiver de l’automne…..????

Je déteste le foot. J’exècre, je méprise, je ne supporte pas ce sport. Les superlatifs ne sont pas suffisants. Ca me fait pousser de l’urticaire, je n’y vois aucun intérêt, je ne soutiens aucune équipe, aucun joueur ne trouve grâce à mes yeux. Autant je me suis prise au plaisir du rugby, que j’ai (bien trop) délaissé ces derniers temps (il me reste un an pour me remettre à jour avant la coupe du monde), autant je m’exilerais sur la lune si je le pouvais pour éviter toute information sur cette comédie qui a lieu entre 22 clowns et 2 cages à but.

Inutile donc de vous dire que ces dernières semaines, arrosée et gavée de ballon rond malgré moi, j’étais de fort méchante humeur, et je répétais à l’envi que j’avais allumé des cierges pour que les Bleus se ramassent lamentablement au premier tour, et qu’on n’en entende surtout plus parler, fini, terminé. Pour ma défense (même si je n’ai pas honte), j’aurais vécu en Italie, j’aurais dit la même chose des Italiens, idem en Suisse, idem au Zimbabwe ou quel que soit le pays où je me trouvais.

J’avoue, je ne pensais pas être exaucée à ce point. Et comme je perds tout contrôle et toute intelligence (je reconnais volontiers que je peux devenir aussi ridicule que de fervents supporters sur le sujet), je n’ai pas caché une forme de triomphe en entendant les premiers rebondissements de l’histoire, puis les suivants, et comme je soupçonne que ce n’est pas terminé, je ne parlerai pas des derniers.

Ces derniers jours, il devenait difficile à l’agence d’aborder un sujet plus ou moins consensuel, qui évite les tensions et ne fâche pas. Hier matin, nous nous sommes pourtant retrouvés très détendus pour cause d’absence du Yaka autour du café matinal, et nous avons commencé à parler du match de la journée. Le fameux raout d’honneur, celui qui devait avoir supposément arraché les larmes aux yeux des joueurs, selon Roselyne qui a l’air aussi douée en psychologie et coaching sportif qu’en gestion de la grippe A, c’est dire!
Les avis ont fusé, renvoyez le sélectionneur, virez les joueurs, reversez leurs primes (et si possible dans notre porte monnaie pourquoi pas, après tout on mérite bien plus qu’eux de les recevoir, à devoir subir quotidiennement leurs âneries, non?), c’est allé de bon train, et on en riait sans honte.

C’est ainsi qu’un commercial (sournois, mais c’est son boulot aussi, et il le fait bien) s’est posé devant le tableau blanc, stylo en main, en disant: « aller, on prend les paris, 1€ de mise sur le score de ce soir, qui joue? »
Je le jure, à ce moment-là je n’étais plus moi-même. Je ne sais quel diablotin malin s’est emparé de mon esprit (mon neurone de bulot puisqu’on parlait foot), mais je me suis levée, et j’ai inscrit fièrement un grand « 2-0 » pour l’Afrique du Sud au tableau, ouvert mon porte-monnaie, posé ma pièce.
Moi, j’avais joué! Pire: je m’étais intéressée à ce sport, j’avais investi de l’argent dans un match dont je me contrefichais, ou alors peut-être que je voulais tellement la défaite que j’étais prête à miser pour l’obtenir!

A 16H, ambiance toujours aussi détendue, Yaka toujours absent, le même commercial débarque dans la salle de réunion avec son portable, le branche, envoie la retransmission du match. Et devinez quoi? Eh bien j’ai regardé!! A ce moment, j’ai regardé dehors, et j’ai vu qu’il faisait beau. Au vu de la météo de ces derniers jours, c’était peut-être le fait exceptionnel. Dans des temps plus normaux, il aurait grêlé, ou neigé!
A la mi-temps, ils étaient tous verts! De tous les pronostiqueurs, je gagnais, moi! Emballée, j’avais déjà promis ma tournée de bières. Et nous avons continué à suivre en direct sur internet, puis les collègues sont partis un à un, la retransmission a dû s’interrompre.
Comble de la honte, autant tout confesser d’un coup, je suis rentrée chez moi en écoutant la fin du match.
Si, j’avoue. Je suis tombée plus bas que terre.
C’est là que j’ai appris que j’avais perdu, un autre collègue ayant misé sur un score 2 à 1 m’a coiffée au poteau.

N’empêche.
Hier, j’ai regardé (puis écouté!!!) du foot. Je n’ai même pas fait semblant de m’intéresser, je voulais savoir si ce serait à moi de payer ma tournée. J’ai perdu 1€, mais gagné la satisfaction de les voir se ridiculiser jusqu’au bout. Et vous savez le pire?
J’ai même failli comprendre ce qu’était un hors jeu.
Failli, je dis bien failli…..

Ce contenu a été publié dans Be a geek!, Bugs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Non il ne neige pas, il fait beau!!

  1. Anne dit :

    Te voilà mûre pour l’Euro 2012 !

  2. Flo dit :

    Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaannnn 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *