Une personne insignifiante, vraiment?

Toute la journée, j’ai tourné et retourné dans ma tête ce que le mot « insignifiant » pouvait signifier (tiens, justement…) pour moi. Et je peine à le définir. C’est un terme que j’utilise finalement assez peu. J’ai l’habitude de penser que rien de ce que je vis ou de ceux que je croise n’est un hasard, et que tout a un sens. Qui peut être compris sur le moment, ou plus tard.
Dès lors, il n’y a pas grand chose, ni grand monde d’insignifiant.
Et puis je trouve ce terme plutôt rabaissant. Désagréable. Je n’aimerais pas me savoir insignifiante aux yeux d’autrui, tout comme je n’aime pas penser à quelqu’un de cette façon. Chacun, à sa façon, me fait réagir. Positivement ou négativement.

Prendre du recul, c’est ce qui me manque. Surtout en période de longues et fortes tensions. Ce que je traverse au travail actuellement par exemple. Il faudrait que je crée de la distance, et que je considère certains comme insignifiants. Ca m’aiderait, ou pas. Ce n’est pas dans mon caractère plein et entier.

Et finalement, en écrivant et en laissant mes pensées aller….ce qui me révolte le plus actuellement, c’est que moi, je dois être insignifiante aux yeux de ceux qui nous dirigent. Je ne suis qu’une ligne sur un tableau, un nom sur un papier. Et je ne m’y fais pas. Pour les raisons citées plus haut, je ne peux pas m’y résoudre.

Et c’est épuisant!

village.jpg

Alors en effet, je n’ai pas été claire sur l’exercice que je tente d’appliquer depuis cette semaine: cela s’appelle « 366 réels à prise rapide », et propose donc  des débuts de phrases qui sont autant de thèmes quotidiens (que je reprends donc en titre, je n’ai même plus besoin de me fouler pour ça, c’est le pied!), sur lesquels rebondir et écrire sans trop réfléchir. Bien sûr, chacun l’adapte à sa manière, je l’ai découvert grâce à Lyjazz qui l’a suivi pendant une année avec une fidélité et persévérance (oui encore!) que j’admire.
Impossible néanmoins de vous offrir un lien plus clair et plus explicatif, j’ai cherché sur la grande toile, mais je ne remets pas le doigt dessus, Lyjazz si tu as un site ou une référence en mémoire, n’hésite pas!
En ce qui me concerne, le concept me séduit parce qu’il me permet d’écrire sans avoir à réfléchir à un sujet (souvent ce qui me coince le plus est le fameux « angle d’attaque » bien connu), mais j’ignore si je tiendrai le rythme d’un billet par jour. Et comment je m’y adapterai. On va considérer que je suis en période d’essai, et advienne que pourra…

Ce contenu a été publié dans 365 bonnes raisons d', En bref. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Une personne insignifiante, vraiment?

  1. Lyjazz dit :

    Et bien il s’agit d’un exercice d’écriture inspiré de Raymond Queneau, et trouvé dans ce livre
    http://www.amazon.fr/d%C3%A9fis-d%C3%A9criture-pour-%C3%A9crire-Autobiographie/dp/2914353855
    de Sébastien ONZE et Cécile BONIFAS : 120 défis d’écriture pour écrire sa vie.
    J’ai trouvé ce bouquin par hasard à la médiathèque de ma ville.
    Voici ce que j’en disais quand j’ai commencé :
    http://lyjazz.cheminsinstantanes.fr/post/Aujourd-hui….

  2. Flo dit :

    *Merci Lyjazz, il me semblait bien me souvenir que c’était du Queneau, mais n’arrivant plus à trouver l’information, je n’ai pas osé l’écrire sans confirmation 🙂

  3. zelda dit :

    J’adore le principe, même si j’aime aussi la spontanéité de certains billets.

    Pour ton texte … d’une certaine façon, dès que l’on ne me considères plus comme Zelda, mais comme « la personne qui occupe telle fonction », je sens un élan vital s’amenuiser en moi. Parce qu’on est signifiant, porteur de plein de sens.

  4. Flo dit :

    *Zelda: oui, et d’ailleurs je réfléchis à comment ne pas perdre cette spontanéité, quand elle daigne se manifester 🙂 Je ne pense pas pouvoir publier plusieurs billets par jour, il y aura donc sans doute des jours où je ferai l’un plutôt que l’autre, on verra en fonction 😉
    Et j’aime bien ta définition de « signifiance », c’est vrai que définir une personne, c’est aussi d’une certaine façon la « couper » du reste, du moins selon la façon dont c’est fait…

  5. Lyjazz dit :

    C’est pour garder ma spontanéité, ou plutôt la liberté de publier autre chose que ces billets-là, que j’ai choisi de grouper en 2+2+3 mes billets hebdo. Entre, je pouvais aussi parler d’autre chose.
    Mais parfois je mêlais tout pour me faciliter la vie.
    A toi de trouver ton rythme et de varier les plaisirs !

  6. liwymi dit :

    Je viens de faire une formation de deux en en « écriture créative ». Cela m’a beaucoup plu. Aussi parce que j’y ai retrouvé le plaisir pur de manier les mots qu’on retrouve dans la blogosphère (j’en ai d’ailleurs parlé à la formatrice et aux autres participantes qui ignoraient tout de ce monde parallèle ;).

  7. Flo dit :

    *Lyjazz: ben comme tu le constateras ce week-end, j’ai fini par faire pareil, assez spontanément. A garder et selon le rythme, à voir 🙂
    *Liwymi: ah chouette pour toi 🙂 Et par contre qu’un atelier d’écriture ne mentionne pas les blogs, ça me laisse quand même pantoise 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *