On a TOUT essayé

On a essayé le cododo, et puis dans sa chambre. Un lit tout près du nôtre, ou dans son lieu à elle. Le début de la nuit chez elle, la fin avec nous. Toute la nuit chez elle, toute la nuit chez nous.
On a essayé de laisser pleurer (trop très longtemps!), ou de consoler immédiatement. De lui permettre de trouver son rythme ou de l’aider plus activement.
On a essayé l’homéopathie, l’éviction des plv, les huiles essentielles. Les massages, le bain, les rituels, les comptines, les histoires.
La sucette, le biberon.
On a essayé l’allaitement, puis le sevrage. L’eau, le lait, le lait de riz.
La veilleuse, sans la veilleuse. Avec lumière et musique, avec lumière sans musique, dans le noir.
On a essayé de la coucher plus tôt. Ou plus tard. On a essayé de guetter les micro réveils.
On a vérifié si elle avait trop chaud. Ou trop froid. Avec ou sans la turbulette.
Sur le dos, sur le ventre. Sur le côté. Mais à 11 mois, elle se tourne toute seule maintenant.
Avec doudou. Avec t-shirt qui sent maman. Ou papa. Ou les deux.
On a essayé la kiné, l’ostéo. L’énergétique. On n’en est pas encore arrivés au vaudou, ni aux prières (encore que…) mais pourquoi pas.
On a dit « c’est les dents ». Puis « elle est trop fatiguée ». Ou « pas assez fatiguée ». On s’est dit « elle découvre de nouvelles choses, elle est trop excitée ». C’était tout ça. Ou le reste. Ensemble ou séparément. Mais pas que.
On a essayé de se remettre en question. En même temps, on le fait en permanence. On a essayé de la comprendre elle. On le fait tout le temps aussi. Mais on n’y arrive pas toujours.
On l’a diversifiée le soir, tôt. Pour être sûrs qu’elle n’avait pas trop faim. Ah ça, elle mange. Elle dévore! Mais elle ne dort pas vraiment mieux.
On a essayé les médecins, la pédiatre. Mais ils sont aussi désemparés que nous désormais.
On nous a dit « quand elle se déplacera, ça ira mieux ». Elle fait du 4 pattes, ça va à peine mieux, selon les nuits. On nous dit « quand elle marchera »….mouais…
On nous a dit « le cap des 6 mois ». Puis « le cap des 9 mois ». Je pense qu’on attend celui des 12 maintenant….
On nous a dit « c’est parce qu’il faut qu’elle sorte du cocon, du giron, qu’elle ait son univers ». On l’a mise en garderie, 2 après-midi par semaine. Ca ne va pas mieux, et elle ne dort pas mieux là-bas non plus.

J’ai lu tous les articles trouvés sur le sommeil des bébés. J’ai envie de hurler et taper ces bien-pensants qui pontifient en expliquant qu’un bébé « doit » faire ses nuits à partir de 3, 4, 6 mois en fonction de la théorie. Oui, je sais que notre fille a les capacités physiologiques à tenir une nuit sans boire ou manger. De toute façon, elle ne réclame son lait que pour se rendormir, comme une sucette, pas comme besoin. C’est un réconfort. Dont elle a encore besoin.

Pour être parfaitement honnête, il y a quand même de l’amélioration. Il y a un réveil systématique en milieu de soirée, mais elle se rendort dès qu’on lui redonne la sucette et qu’elle nous sent à ses côtés. La nuit…..ça peut être catastrophique, ou bien mieux. Une bonne nuit pour nous, c’est 2 réveils maximum, dont 1 pendant lequel on lui prépare son biberon.
Les siestes ne sont pas mieux. Rapport de cause à effet, peut-être, mais il est tout aussi impossible d’inverser la vapeur là aussi. Les bons jours, elle fait une demi-heure le matin, 1H30 l’après-midi. C’est rare. Globalement, elle plafonne à une demi-heure le matin, et entre 30 et 50 minutes l’après-midi…

Alors oui, je sais qu’un jour, notre fille fera ses nuits d’une traite. Et une grosse sieste. A 15 ans. A 10 même. Oh, plus tôt, il semblerait, mais ça nous paraît presque irréel!
Ce n’est pas un article pour se faire plaindre. On n’en est plus là. Oui on est épuisés, voire au-delà, mais résignés aussi. On s’y fait, on se fait à tout. C’est un article témoignage. Pour dire que ma fois, parfois, on ne trouve pas ce qui coince. Et c’est comme ça, il faut faire avec, tenir le coup, et attendre le petit détail qui, peut-être, changera tout, d’un coup.
Ou pas.

IMG_0905

 

Ce contenu a été publié dans Babybouchette, Bugs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à On a TOUT essayé

  1. Augustine dit :

    Je crois me lire. Tous les bébés autour de nous dormaient, Camille avait six mois, neuf, un an et il ne dormait toujours pas. On avait tout essayé. J’en ai hurlé, je me suis arraché des poignées de cheveux, j’ai mis ma vie entre parenthèses tellement j’étais épuisée et j’ai failli sombrer dans la dépression. J’avais l’impression que ça ne viendrait jamais, que j’en mourrais, qu’on ne se reléverait pas de ces terribles premiers mois. Aujourd’hui, il fait des siestes de 3h, dort la plupart des nuits sans réveil, parfois il y en a un petit, une caresse, un mot tendre suffisent à le rendormir. Et je revis. Il ne s’est rien passé de particulier, rien de plus qu’auparavant. Je crois qu’il a attendu d’être prêt.

    • LECREUX dit :

      J’ai le même modèle ! Et on a visiblement eu le même parcours et les mêmes tentatives !
      Il sautille et se tortille du matin au soir !
      La sieste du matin c’est une demi-heure ( quand il y arrive, en poussette toujours et après avoir secoué la-dite poussette de gauche à droite pendant 15 minutes minimum) et des fois l’après-midi aussi…Si je le laisse au sein pendant ce temps …
      Il a malheureusement du avoir une intervention chirurgicale (rien de grave mais quand même) et 1 heure après il sautillait debout contre les barreaux de son berceau à l’hôpital, son chirurgien en était bouche bée.
      Il fait du 4 pattes depuis ses 7 mois, escalade le transat pour grimper sur le canapé, et là à 10 mois il commence à se tenir debout sans appui…L’enfer sera quand il marchera, comment arrêter la tornade en mouvement ?
      Même le change sur la table à langer est une épreuve : il ne tient pas en place, se lève et prend appui sur le mur, ça l’éclate, il se « bidonne ».
      Le bain c’est les projections d’eau partout, et l’habiller après c’est l’enfer.
      Les nuits ressemblent tellement à celles décrites que c’est effrayant.
      Une fois (ha, bonheur immense), il s’est rendormi en pleine nuit après que je lui ai soutenu son ventre, lui sur le ventre, les fesses en l’air…Mon salut a été un doudou que j’ai placé à la place de ma main pour pouvoir, moi, aller dormir un peu.
      On essaye un truc, une fois, ça marche mais le lendemain, cela ne fonctionne plus car ce petit bonhomme s’adapte.
      On prend deux jours pour trouver une nouvelle stratégie et en deux heures il a compris comment la contourner.
      Et puis toujours ces doutes : est-ce que j’ai fais ce qu’il faut pour lui, qu’est-ce que je ne dois pas faire pour lui éviter cela, est-ce qu’il va bien même quand il ne dort pas.
      C’est un bébé reflux, donc on se demande souvent si il ne dort pas parce qu’il souffre,mais non.
      Quand aux milles et un conseils qu’on reçoit…J’avais des fois des envies inavouables…Donc je n’en donnerais pas (de toute façon j’en ai pas, il est comme ça encore aujourd’hui et il n’y a pas deux jours qui se ressemblent).
      Bref, bon courage (encore et encore).

      • Flo dit :

        Merci pour ce témoignage. Et les encouragements. Je me dis qu’on n’est pas les plus à plaindre en te lisant, c’est certain…
        Pas de conseils à te donner non plus. J’ai le même genre de pile électrique, mais elle n’a pas eu de reflux. Je pense que ces enfants sont tellement avides de découvertes qu’ils font tout passer avant le sommeil. En regardant ma fille, je me dis que le sommeil est un combat, et qu’elle ne rend les armes que lorsqu’elle n’a plus le choix. Je ne sais pas si je dois l’admirer et me réjouir d’avoir une enfant si éveillée et désireuse de voir et découvrir (et vivre!) ou m’inquiéter de la savoir pour l’instant incapable de trouver des moments d’apaisement.
        Nos enfants sont ainsi, on essaie de s’adapter à eux, on fait du mieux qu’on peut, je crois qu’il faut qu’on s’appuie sur cette conviction…
        Bon courage à toi 🙂

    • Flo dit :

      @Augustine: Oui, c’est ce que je me dis aussi…Il fallait peut-être que j’écrive cet article, vu que ça va mieux. Même s’il continue à y avoir un réveil systématique. Mais bon, que c’est long, que c’est long, et quelle fatigue accumulée :s

  2. Sacrip'Anne dit :

    A part me désoler sur votre fatigue, je dois bien dire que cette enfant a décidé depuis le début que le sommeil, c’était pas son truc, et que si ça vous éreinte, ça ne l’empêche pas de grandir bellement.

    Je préconise l’achat d’une console de jeux vidéos pour qu’elle puisse s’occuper la nuit sans vous faire chier, quand même (je déconnnnnneuuuuh).

    En revanche, la laisser à son père et venir passer quelques jours, en fille, à Paris, non ??? Avec F et son bidon ? Moi ça me tenterait bien, qu’on se fasse un Cyrano toutes les trois !

  3. PetitBourgeon dit :

    Holala que ça me fait mal au cœur pour vous de lire ça !!!
    Je me revois il y a pas si longtemps que ça…
    Vous faites comme vous pouvez, voilà. Vous faites comme vous pensez être bien, vous essayez, constatez, reculez…
    J’ai envie de dire, essayer de retenter des choses qui n’ont pas marché les premières fois, on a parfois des surprises. Bien sûr c’est difficile de bouger les petites choses mises en place qui marchent un petit peu…
    Et, PROMIS JURE, un jour, ça ira mieux.
    En attendant je vous envoie des tonnes de câlins.

    • Flo dit :

      Merci à toi…..Oui, en fait c’est dur de bouger les petites choses, parce qu’on a peur de tout détruire. Là il faut vraiment qu’on la repasse dans sa chambre…Mais la simple idée de me lever ne serait-ce qu’une fois pour le bib me rend folle. Et pourtant, si ça se trouve, ben c’est juste ce qui lui manque pour faire des nuits d’une traite (on peut toujours rêver hein? 😉 )
      Merci pour les encouragements!

  4. Mia dit :

    Parfois on voyant notre modèle qui dort beaucoup, je me demande « pourquoi » mais je n’ai pas la réponse… Parfois je suis un peu mal à l’aise car je voudrais pouvoir « transmettre » son sommeil aux gens qu’on croise (à leurs enfants plutôt) mais ce n’est pas possible… Et je ne peux que les entendre dire « mais il dort encore ?! »… Je n’ai rien essayé et je me dis que tout ça n’est pas très équitable…
    Des pensées de courage et de bienveillance…
    PS J’espère que tu ne prendras pas mal ce commentaire, c’est sincère et c’est un sujet auquel j’ai déjà pensé suite à des conversations avec des copains IRL

    • Flo dit :

      Je ne prends absolument pas mal ce commentaire, parce que je sais que c’est chez chaque personne différent! Nous avons nos problématiques, d’autres en ont qu’on ne connaîtra jamais, c’est ainsi…Et non, rien n’est équitable, c’est la nature humaine, c’est la vie, c’est ainsi 😉
      Merci en tout cas de ton témoignage, et savourez votre sommeil, c’est quand on en manque qu’on se rend compte à quel point c’est précieux 🙂 Belle continuation à toi en tout cas 🙂

      • Mia dit :

        Ouf, j’avais hésité !
        J’observe autour de moi que parfois n°1 dormait peu alors que n°2 est un gros dormeur… Et oui, on ne sait jamais ce que nous réserve la vie…
        Après une deuxième lecture, dans la longue liste de ce que vous avez essayé, je n’ai pas vu un truc auquel je n’avais pas pensé à la première lecture. Au pire ça sera redondant avec tes conversations et lectures, au mieux ça vous donnera une piste… Est-ce que vous vous êtes demandé si le non-sommeil pouvait être « décoder » ? Je ne suis pas une spécialiste mais disons que ce « symptome » pourrait être une conséquence d’un « drame » (genre être tué dans son sommeil donc sommeil = danger donc ne dormons surtout pas) de votre généalogie (ou pendant ta grossesse)… Je ne sais pas si ça te parle car je ne suis pas sûre d’employer les termes adéquats. Si tu veux, on peut en parler par mail…
        Courage !

        • Flo dit :

          Alors, ça me parle et je comprends très bien ce que tu veux dire 😉 C’est aussi ce que j’entends quand je dis « on s’est remis en question ». C’est quelque chose qui parle un peu moins au papa, surtout le côté psychogéné (il n’y a rien eu dans ma grossesse, aucun souci côté sommeil ni rien se rapprochant donc pas de piste de ce côté).
          Les choses se débloquent tranquillement, je crois qu’on ne saura jamais. Ou peut-être qu’un jour on comprendra, si ça venait de nous et notre histoire, ou d’elle, ou un peu des 2. L’essentiel est que ça aille un peu mieux, même si je le dis du bout des doigts et avec une énoooooorme superstition. Elle est retournée dans sa chambre, s’y fait fort fort bien ce qui est déjà un énorme point positif. Elle grandit. On lâche prise.
          Et on respire 🙂
          Et si tu as envie d’échanges mails je suis à ta dispo, pour ça ou le reste 🙂 Laisse-moi juste un ptit comm ici pour me dire que tu as écrit, je ne le consulte pas souvent. Merci en tout cas et bises à toi 🙂

          • Mia dit :

            Tant mieux si ça avance. Je suis persuadée que la dimension psychobiologique est une belle partie de la réalité des maladies / problèmes.
            Respirez… l’air frais et revigorant de l’hiver arrive ! 🙂

  5. Lizly dit :

    Un coucou pour tester le Captcha ! Et faire des bisous :-*

    • Flo dit :

      Il marche 😉 Si ce n’est que j’ai quand même encore quelques spams qui trouvent moyen de passer, j’ignore par quel miracle :))
      Des bisous à toi aussi!

  6. lyjazz dit :

    Ah, tiens, ils font encore le même modèle, en fille cette année ?
    Moi j’ai un modèle garçon qui a 9 1/2 ans. Il a cessé de faire la sieste à 9 mois et n’a jamais repris depuis (même quand il a 39° de fièvre, c’est dire).
    Ces enfants-là en effet (comme je l’ai été), préfèrent découvrir et regarder, agir, que dormir.
    Une seule solution : dormir quand elle dort, et ne pas déroger.
    Je sais, c’est usant.
    Voir là pour quelques conseils : http://www.bien-etre-bebe.com/Eveil-de-bebe/eveil-de-bebe-20-conseils-du-dr-sears-aux-parents-de-bebes-intenses.html

    Et surtout : te (vous) faire confiance, et lâcher prise. Juste penser en mammifère : vous avez sommeil, alors dormez ! dès qu’elle s’endort, éteignez tout et dormez !

    Un jour ce sera juste un souvenir et des anecdotes à raconter. Mais il y a des chances pour qu’elle continue de sauter comme un cabri et de poser des questions à toute berzingue dans tous les azimuts. Simplement elle saura mieux se contrôler et arrêter de penser/bouger à fond.

    Bon courage et plein de joie de vivre !

    • Flo dit :

      @Lyjazz: j’ai l’impression que c’est un modèle immuable, garçon ou fille 😀 Par contre j’avoue qu’en effet, le côté animal m’a manqué parce qu’au contraire, quand enfin elle dort, j’ai un besoin intense de pouvoir m’occuper pour moi, sans avoir à garder un oeil sur elle. Alors oui je suis d’autant plus épuisée et ce n’est pas forcément raisonnable, mais j’ai eu beau faire et me dire que ce n’était pas une bonne façon, je n’ai jamais pu changer.
      Et puis miraculeusement maintenant, les nuits sont quasiment complètes et sans réveil. On ne sait pas ce qui a changé, elle a grandi tout simplement. Et nous on revit 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *